Un orgue

 

L’Orgue Louis Bonn
de l’église St Médard, de Cheviré-Le-Rouge

L’orgue de l’église Saint Médard de Cheviré-Le-Rouge est un instrument tout à fait caractéristique renfermant un potentiel sonore qui le classe dans la famille des orgues dits de transition. Ce sont des orgues qui sont à la charnière entre la période classique et la période romantique. Ils héritent de la tradition des sonorités des orgues français et introduisent les sonorités nouvelles de l’orgue romantique.

 

De l’effervescence sous le Second Empire… à Marcel Dupré

Comme bon nombre de communes angevines, c’est sous le Second Empire que Cheviré-Le-Rouge connut un essor remarquable, sur le plan démographique, architectural et culturel.

Parmi les figures qui marquèrent l’histoire locale, on peut citer François MÉNARD, curé la paroisse et Joséphine GRIMAULT. L’ensemble des ouvrages dont ils ont été les maitres d’œuvre et généreux bienfaiteurs subsiste encore et constitue notre patrimoine local : un grand projet de reconstruction en style ogival rayonnant du transept et de la nef de l’église Saint Médard fut ainsi mené entre 1854 et 1857 ; en 1858 puis 1879, un programme de parrainage ayant pour but de peupler le clocher de trois cloches permis d’associer des personnalités telles que Joseph de la BOUILLERIE, ancien député et ministre de MAC MAHON, propriétaire du château de la Roche Hue, à Cheviré-le- Rouge.

C’est dans ce contexte effervescent que fut acquis en 1865 un orgue à tuyaux à deux claviers construit par Louis BONN, facteur d’orgue à Tours. Cet instrument subit plusieurs remaniements réalisés en 1875 par le facteur d’orgue nantais Louis DEBIERRE.

Plus tard, entre 1948 et 1962, c’est sous l’influence d’un artiste mondialement connu que cet instrument se fit entendre : l’organiste Marcel DUPRÉ y composa une œuvre à l’occasion du mariage de sa fille Marguerite et Emmanuel TOLLET, tous deux occupant le château de la Roche Hue. Il écrivit également un offertoire pour l’orgue de Cheviré lors d’une tournée aux USA à la demande de sa fille, devenue organiste pour la paroisse.

Cet instrument, partie intégrante de notre patrimoine, représente donc un intérêt historique et culturel qui mérite la curiosité de chacun et motive notre devoir de sauvegarde et de promotion.

 

Disposition des jeux

 

GRAND ORGUE RÉCIT EXPRESSIF PÉDALE
Bourdon 8’
Flute 8’
Gambe 8’
Keraulophone 8’
Prestant 4’
Doublette 2’
Trompette 8’
Flute 8’
Gambe 8’
Voix Celeste 8’
Clarinette 8’
Tirrasse Grand Orgue
Tuyauterie du sommier de Grand Orgue.
Tuyauterie du sommier de Récit.
Ancienne console crée par Louis Bonn, à l’arrière de l’instrument en 1865.
Emplacement des anciens claviers de Louis Bonn.
Balanciers en éventail de Louis Bonn.
Abrégé pour le ravalement des basses du sommier de Grand Orgue.
Soupapes et passages capillaires vue de l’intérieur des sommiers.
Passages capillaires vus de dessous le sommier de récit.